Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • JS Bergues
  • Courriel : joseszyma@gmail.com

Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.
  • Courriel : joseszyma@gmail.com Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.

 

 

 

IMG 0001

8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 09:22

Publié le dimanche 08 mai 2011 à 06h00
http://www.nordeclair.fr/Actualite/2011/05/08/europe-ecologie-les-verts-fonctionne-bie.shtml

 Pour Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Écologie - Les Verts, le rassemblement fonctionne... quoi qu'en dise Daniel Cohn-Bendit.

 

Présente hier à Lille pour lancer les travaux sur les questions d'éducation en vue de la prochaine présidentielle, la secrétaire nationale d'Europe Écologie - Les Verts (EELV) a tenu à relativiser les tensions apparues ces derniers jours avec le bouillonnant Daniel Cohn-Bendit.



PROPOS RECUEILLIS PAR SÉBASTIEN LEROY > sebastien.leroy@nordeclair.fr

Alors que se profile votre congrès en juin, des tensions sont apparues entre vous et Daniel Cohn-Bendit. Ses proches pensent que la direction sortante tente de l'évincer. EELV succombe-t-il, comme d'autres, aux conflits de personnes ?

Très franchement, c'est quelque chose qui m'a échappé. J'ai voulu faire de ce congrès un moment différent, parce qu'il n'y a pas sur le fond d'affrontement de ligne politique. Mais quand tout le monde est à peu près d'accord, si jamais on n'est pas capable de travailler largement ensemble, ça risque de ressembler à des oppositions de personnes et c'est ce que c'est malheureusement devenu. Je me suis retrouvée piégée dans un duel avec Dany Cohn-Bendit que je ne souhaite pas, je n'alimente pas, et que je refuse absolument.

Lui prétend pourtant qu'Europe Écologie - Les Verts n'est qu'une version à peine améliorée des Verts, alors que le projet était de rassembler toute la galaxie écolo et d'ouvrir grand les portes et les fenêtres...

>> Ce qui me peine le plus, c'est q ue si on était vraiment dans une situation de déliquescence, je n'aurais aucun problème à le dire. Mais la réalité et la vivacité de l'intégration des différentes histoires au sein d'EELV sont très grandes.
J'ai vécu ce qu'étaient les Verts. On est vraiment passé à une autre étape. Nous ne sommes plus dans la situation des pionniers qui n'assument pas la possibilité d'exercer des responsabilités. En outre, j'ai toujours dit que cette aventure n'existerait que si elle existe localement. C'est le cas. Aux régionales, nous avons présenté autant de candidats ex-Verts et ex-non Verts et depuis aucun groupe n'a explosé. Là-dessus, Daniel fait une erreur d'analyse : EELV, l'ouverture et le rassemblement, ça fonctionne. Par exemple, la création du statut de coopérateur doit permettre de faire de la politique à ceux que le fonctionnement des partis rebute. Oui c'est complexe mais on ne peut pas dire au bout de trois mois que c'est un échec. Ce qui se passe à Lille ce week-end prouve l'inverse. Il y a dans les ateliers beaucoup de gens qui participent sans avoir envie d'adhérer au parti.

Autre sujet de discorde : Nicolas Hulot souhaite une primaire écologiste la plus ouverte possible, avec des modalités d'accès peu onéreuses, ce qui le favorise au regard de sa popularité. Êtes-vous d'accord avec cette stratégie ?
>> La primaire et la présidentielle sont la troisième étape du rassemblement, après les européennes et les régionales. L'objectif n'est pas quantitatif mais qualitatif. Les gens qui participent à la primaire partagent à une aventure collective : travailler sur le projet, choisir le ou la candidate et faire la campagne. Il ne s'agit pas de dire je donne un euro, je vote pour un candidat et je ne m'en occupe plus. Il faut une capacité d'engagement. Après, je suis prête à entendre qu'il faut une accessibilité financière. 20 ou 10 E ? Ça va se résoudre sereinement.


Nous sommes dans la ville de Martine Aubry, avec laquelle vous entretenez de bonnes relations, mais qui pourrait finalement ne pas être candidate. Les discussions seront-elles plus difficlles avec tout autre prétendant ?

>>Le partenariat se discute avec les instances partisanes et donc quoi qu'il arrive avec le premier secrétaire du PS. Le principe, c'est qu'on assume nos différences de projets de société. Mais on assume aussi notre capacité à travailler en commun sur un certain nombre de réalisations, dans la clarté, comme aux régionales. Mais ce qui est vrai, c'est que Martine Aubry n'est pas dans le rapport de force brutal ni infantilisant avec les écolos. Ce qui n'est pas forcément le cas d'autres candidats. Après les gens changent...

Quelle sera l'importance de la question du nucléaire dans les négociations avec le PS ?
>> On peut avoir des divergences. Mais il ne pourra pas y avoir d'accord de gouvernement qui ne passe pas par l'engagement sur la sortie du nucléaire. Je remarque que là-dessus aussi, un certain nombre de socialistes ont bougé.


Les querelles font place à la réflexion sur le projet

Ce week-end, les écolos mettent leurs chamailleries de côté, le temps de leur première convention pour le projet, portant sur les thématiques éducatives. Avec déjà, quelques propositions concrètes sur la table. Première d'une série de rencontres programmatiques, celle de Lille aborde le thème central pour les écologistes des politiques éducatives. Pour Philippe Meirieu, pédagogue et spécialiste de ces questions à EELV, celles-ci « ne peuvent se résumer à l'angle purement scolaire ». Il faut penser l'éducation de manière globale, dans l'univers périscolaire, associatif mais aussi familial. « L'idée est de cultiver une "écologie de l'esprit", offrir un environnement propice aux apprentissages et à la formation citoyenne » . Parmi les propositions mentionnées, celle d'un « crédit formation » de 16 à 25 ans qui permettrait aux jeunes de sortir du parcours scolaire et universtaire classique pour expérimenter d'autres voies, comme le service civique. Philippe Meirieu parle également d'une « révision de programmes et des rythmes scolaires trop lourds », notamment par la remise en cause de la semaine de quatre jours et la mise en place d'un véritable accompagnement individualisé en collège et lycée en réduisant la place de la formation « magistrale ». Enfin, Philippe Meirieu comme Cécile Duflot entendent remettre à plat la formation des enseignants et mettre fin aux suppressions de postes. Eva Joly parle quant à elle de supprimer les grandes écoles et de favoriser la mixité sociale dans le supérieur.
S.L.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JS Bergues - dans Vie politique
commenter cet article

commentaires