Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • JS Bergues
  • Courriel : joseszyma@gmail.com

Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.
  • Courriel : joseszyma@gmail.com Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.

 

 

 

IMG 0001

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 18:05
Par LIBÉRATION.FR


La Fondation Nicolas Hulot a annoncé ce lundi qu'elle suspendait sa participation aux groupes de travail menés par le gouvernement dans le cadre des Grenelle de l'environnement et de la mer, quelques jours après le report sine die de la taxe carbone. «L'abandon pur et simple de la taxe carbone, alors qu'un processus de concertation était en cours, est symptomatique d'un net recul de la classe politique qui, à droite comme à gauche, n'a pas pris la mesure des enjeux écologiques, et les considère essentiellement comme une variable d'ajustement politique», regrette la Fondation Nicolas Hulot dans un communiqué.

Et d'insister: «La prise en compte de l'écologie ne doit pas être opportuniste.» Dans une lettre ouverte aux 750.000 signataires du pacte écologique, la Fondation Nicolas Hulot explique sa décision: «Avec le Grenelle de l'Environnement, nous pensions le constat partagé, nous pensions pouvoir nous concentrer sur la recherche de solutions, il n'en est rien. Les mots-clefs des années à venir sont exclusivement la compétitivité, l'emploi, la santé, comme si toutes ces questions ne dépendaient pas profondément de l'état de notre environnement.»

«La Fondation Nicolas Hulot décide de suspendre sa participation aux groupes de travail mis en place par le gouvernement jusqu'à ce que des décisions fortes remettent le développement durable au cœur des politiques publiques», lit-on encore. Et maintenant? «Nous devons analyser les raisons pour lesquelles nos propositions et notre approche n'ont pas été comprises. Nous portons sans doute une part de responsabilité. Nous n'avons pas su expliquer et convaincre de la nécessité d'anticiper les modifications inéluctables du monde du travail, de faire basculer notre fiscalité pour libérer l'emploi et réduire l'utilisation des ressources naturelles», indique la Fondation dans la lettre ouverte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires