Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • JS Bergues
  • Courriel : joseszyma@gmail.com

Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.
  • Courriel : joseszyma@gmail.com Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.

 

 

 

IMG 0001

10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 13:32

Les élèves du lycée Le Caron ont voté pour l'équipement de leur établissement

vendredi 10.12.2010, 05:02- La Voix du Nord

 

|  LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ |

À titre d'expérimentation, cinq établissements du Nord - Pas-de-Calais bénéficient, de la part du conseil régional, d'une enveloppe d'environ 100 000 E chacun pour financer des aménagements décidés par la communauté éducative et les lycéens eux-mêmes.

À Arras, hier, l'expérimentation des « budgets participatifs » a débouché sur une implication concrète des élèves du lycée des métiers du Bâtiment.

PAR LAURENT BOUCHER  lboucher@lavoixdunord.fr

« C'est bien de nous demander notre avis, de nous donner des responsabilités. C'est motivant de se dire qu'on peut améliorer concrètement la qualité de vie de notre lycée, là où on passe le plus d'heures de notre journée. » Élève de seconde BEE (section architecture), Karine Rybarczyk, 18 ans, a apprécié, comme la majorité de ses collègues lycéens, d'être invitée à débattre puis à voter pour départager les projets qui seront réalisés avec l'enveloppe allouée par le conseil régional, dans le cadre de l'expérimentation des « budgets participatifs des lycées  ». Après Longuenesse et avant Roubaix, Radinghem et Calais, Arras bénéficie de cette action « destinée à se généraliser, si elle est concluante, dans les deux cents établissements de la région, explique Myriam Cau, vice-présidente du conseil régional en charge de la démocratie participative. À Arras, où le lycée est déjà très engagé sur le développement durable, les jeunes se mobilisent bien, via Internet et dans les classes. » Après une première réunion le mois dernier, deux cent cinquante élèves de première année de CAP, de troisième DP6, de terminale CAP et de première année de bac pro ont planché hier pour faire un tri final parmi les aménagements qu'ils avaient présélectionné « sous l'égide d'un comité de pilotage composé de deux enseignants, deux membres du personnel de service et deux personnes de l'équipe de la direction, explique le proviseur, Jean-Jacques Hude. Répartis en groupes, ils ont cogité sur vingt et un projets qui vont de l'équipement numérique des salles de classes à l'hygiène, la sécurité, les toilettes... » Chaque élève, ainsi que des adultes, disposaient de trois bulletins de vote pour favoriser tel ou tel projet et dégager une hiérarchie débouchant sur la réalisation d'un gros projet ou de plusieurs petits aménagements. « Je pensais opter pour l'amélioration de l'internat, mais cela ne semble pas trop possible vu le budget requis, indiquait ainsi Karine Rybarczyk avant le vote. Je vais plutôt privilégier la rénovation des sanitaires, ou peut-être l'environnement. C'est important de se sentir à l'aise dans son lycée. »

« Expérimentation très concrète du civisme »

Myriam Cau observe : « On perçoit mieux comment s'expriment les besoins sur le terrain : le manque de casiers, de portemanteaux... Cela permet de remettre les éléments du bien-être au coeur des investissements. L'objectif, c'est aussi que les équipements soient mieux respectés, car ce seront les leurs. » Professeurs de construction - économie et maths - sciences, David Marquilies et Sylvie Comble se sont lancés avec les lycéens dans la démarche d'Agenda 21  : « Un plan d'action pour une activité de l'établissement plus respectueuse du développement durable, expose David Marquilies.

L'an dernier, avec un budget de 26 000 E, dont 21 000 E de la Région, ils ont installé un récupérateur d'eau de pluie pour l'atelier de préparation du mortier et acquis une machine pour nettoyer les outils de peinture. Cette année, on mène une action de tri du papier dans les classes et il y a aura une journée "Nettoyons la nature", dans le lycée et aux abords, avec l'information des riverains. » Ces actions ont développé une capacité d'initiative des lycéens que le professeur a retrouvée avec leur participation à cette nouvelle action de la Région.

Myriam Cau voit dans cet exercice de démocratie participative « une expérimentation très concrète du civisme. On espère que ça donne à ces jeunes adultes envie d'exercer leurs droits de citoyens en se rendant compte que leur vote a été réellement utile. » •

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JS Bergues - dans Vie politique
commenter cet article

commentaires