Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • JS Bergues
  • Courriel : joseszyma@gmail.com

Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.
  • Courriel : joseszyma@gmail.com Président bénévole de l'AAEs depuis le 25/10/2012.

 

 

 

IMG 0001

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:03

 

 
Couverture Bilan

Qu’avons-nous fait des 126 989 voix qui se sont portées sur la liste écologiste le 14 mars 2010 ? Si nous avons plus de poids et de responsabilités que jamais (17 élu-e-s, 5 vice-présidences), notre action a-t-elle été pour autant plus efficace ? Avons-nous fait avancer la transformation écologique et sociale de notre région ? Après trois ans d’action(s), ce bilan d’étape ouvre le dialogue.

-

Télécharger le bilan au format pdf. : http://elus-npdc.eelv.fr/files/2013/03/2013.03.08-Bilan-EELV-3-ANS-final.pdf

 

-

Vous pouvez lire ce document en ligne (en pdf ci-dessus ou en le feuilletant ci-dessous avec issuu), ou nous demander de vous l’envoyer au format papier par courrier (tous les adhérents et coopérateurs EELV du Nord – Pas de Calais le recevront dans les prochains jours). Pour cela, envoyez-nous un mail sur eelv.crnpdc[arobase]orange.fr avec votre adresse complète et le nombre d’exemplaires souhaités (dans la limite des stocks disponibles).

Repost 0
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 18:50

Altruiste, intelligent et intégre : 3 qualificatifs qui vont bien à mon ami Hamza.
JS

 

H.E.K, enfant prodige de l'immigration et élu de la diversité

Publié le 02/02/2013 - Mis à jour le 02/02/2013 à 06:37

Par Nord Eclair

 

Benjamin dans la course aux municipales de 2008, Hamza El Kostiti est conseiller municipal Europe écologie à Halluin. PHOTO HUBERT VAN MAELE

 

 

D'origine marocaine, de confession musulmane, militant écolo, Hamza El Kostiti a embrassé la politique à 20 ans. Animateur socio-politique du collectif de L'Union, il rêve d'un projet plus réaliste et plus solidaire. Racontez-nous vos origines, votre enfance...
Je suis né à Menin et j'ai grandi à Halluin dans une famille marocaine de six enfants. C'est mon grand-père, un homme exceptionnel, qui a choisi d'immigrer en France dans les années 60. Il s'est abîmé les poumons dans les industries de la rue de la Lys à Halluin comme mon père. Ma mère a élevé ses enfants de façon exemplaire. Je n'ai pas beaucoup de mérite car j'ai une famille extraordinaire.
Quelle éducation avez-vous reçue ?
À la maison, il y avait les minima sociaux : il fallait avoir le bac+2 minimum, le permis, le BAFA, la ceinture noire de judo... Et puis il fallait absolument être trilingue. Mon père sillonnait les braderies pour nous ramener des livres. Fin des années 80, nous étions l'une des seules familles du quartier à avoir un dictionnaire. Je me souviens des copains qui venaient sonner parce qu'ils avaient un exposé à faire. C'était l'époque où il n'y avait pas Internet. La communauté maghrébine à Halluin a plutôt bien réussi. Je me suis amusé à compter un jour : plus de 200 années universitaires cumulées !
À quel moment réalisez-vous que vous êtes un enfant d'immigré ? Et comment découvrez-vous le sens du mot « racisme » ?
Durant des années on a écorché mon prénom, c'est deux syllabes pourtant. C'était chaque fois une façon de me dire que je n'étais pas d'ici. J'ai la chance de beaucoup voyager et, dans chaque pays, je suis accueilli comme un Français, beau paradoxe n'est-ce pas ? Deux événements ont « psychanalysé » l'inconscient des gens : les croisades et la guerre d'Algérie. Dans l'imaginaire collectif, le Maghrébin, l'Arabe ça reste un étranger barbare etc.
Votre rencontre avec la politique ?
Enfant, j'allais aux permanences du maire pour discuter... Adolescent, j'ai été élu par les lycéens pour être conseiller aux questions sociales du ministère de l'Éducation nationale, j'ai eu la chance de collaborer avec Claude Allègre. J'ai très vite découvert ce qu'était la politique. Je suis un perpétuel indigné. Et j'entends le rester. En 2001, je me suis intéressé aux municipales, je trouvais que ça manquait de jeunesse... Mais j'ai renoncé au dernier moment.
En 2008 vous êtes l'un des plus jeunes candidats de France aux municipales à Halluin. Vous obtenez 8 % des suffrages (EELV) et vous ralliez le PS au second tour. Quel bilan en tirez-vous  ?
J'avais peu de moyens et j'ai pris conscience que j'avais mis les pieds dans un panier de crabes.
C'est une guerre psychologique. Tous mes proches avaient la pression. J'ai pris conscience que même au niveau local, les enjeux de pouvoir, c'est terrible.
Pourquoi l'écologie ?
Peut-être grâce à mes origines modestes. Et aussi grâce à mes voyages. J'ai pris une claque en voyant l'Afrique noire et le Japon. Réaliser que sur la même planète des gens vivent au 16e siècle et d'autres dans la gabegie énergétique. L'enjeu du 21e siècle c'est la sobriété. On ne peut plus vivre dans une société de l'obsolescence programmée. J'essaie de me contenter de petites choses.
J'ai un potager, une ruche, un vélo... C'est ça la vie. Les choses qu'on accumule nous étouffent et nous empêchent de vivre.
Vous serez candidat en 2014 ?
Je ne sais pas encore. On a commencé les rounds de négociation avec Laurent Caure (dauphin de Jean-Luc Deroo, ndlr) et ça se passe plutôt bien. On met sur la table des enjeux qui nous paraissent décisifs pour la société. En fonction de cela, on décidera d'une candidature.
Pourquoi ne pas repartir en solo ?
La consigne régionale pour Europe écologie c'est d'avoir une candidature autonome à Halluin. Donc ce n'est pas impossible que je sois candidat. L'écologie politique commence à peser à Halluin. On a une carte à jouer pour 2020. Il faut juste que la sociologie du territoire change car elle est trop conservatrice. Aujourd'hui, c'est compliqué d'être élu issu de la diversité.
Est-ce que la voix de l'élu local pèse en haut lieu ?
J'ai l'impression qu'il y a un gouffre. L'élu local c'est l'élu le plus apprécié et en même temps l'élu pare-choc. Il doit gérer le quotidien des gens avec une marge de manoeuvre très faible. L'élu local n'est pas toujours écouté mais l'association des maires a su créer un lobby.
Quel regard sur la diversité en France ?
Oui à la diversité, non à la diversité cosmétique. Ça consiste à instrumentaliser des figures de la diversité à des fins politiques... Les compétences, la sincérité d'abord. Je suis toujours étonné de voir des CSP monopoliser la classe politique. La diversité ce n'est pas qu'une histoire de pigmentation de la peau. La diversité ce sont les personnes handicapées, les retraités, les agriculteurs, les ouvriers, les chômeurs...
Vous avez porté plainte contre Guerlain qui avait eu des propos indécents sur les « nègres » dans un JT, pourquoi ?
Parce que cette affaire c'était la radioscopie du racisme ordinaire qui existe en France. La blague sur l'Arabe, la blague sur le Juif, ça ne me fait pas rire. Je voulais aller au bout, prendre la parole. Je suis allé le voir à la sortie du tribunal pour lui dire que je n'avais aucune animosité.

Repost 0
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 15:51

 

Avis tout personnel :

 

Même avec la muselière de Duflot, les écolos pourront quand même avaler leur chapeau !

Repost 0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 10:55
 

Les écologistes sont là et cela va se voir !

  

Au terme d’un an et demi de débat électoral soutenu, la partie de la société qui croit encore à l’utilité du vote a écarté pour cinq ans la droite de l’exercice du pouvoir et de la possibilité de faire des lois.

Celle-ci a été sanctionnée pour la pierre apportée à l’implacable système de la finance dont la crise s’est ensuite retournée contre son gouvernement, pour l’énorme creusement des inégalités, pour son mauvais style de gouvernement, pour son irrépressible propension à diviser toujours et encore le corps social. Pour ses mensonges permanents en matière d’environnement.

Sanctionnée enfin pour la dérive extrémiste d’une partie d’entre elle qui a cru malin de courir derrière les thèses de l’extrême droite xénophobe et antieuropéenne.

L’état dans lequel dix ans de gouvernement de droite laissent la France est préoccupant : surendetté, mal outillé face à la crise globale, ayant négligé sa dimension écologique et peu préparé son appareil productif à l’inévitable transition énergétique, miné moralement par l’abandon de pans entiers de ses territoires et de ses populations ainsi que par le délitement démocratique depuis dix ans, notre pays se trouve confronté à des défis immenses.

Il lui faut impérativement dans les années qui s’ouvrent retrouver les voies de la cohésion, reprendre le chemin de l’application du droit pour tous à l’habitat, à l’activité, au revenu, à l’éducation et à la nature, investir pour l’avenir et notamment celui de la planète alors même que le règlement des factures impayées du passé va peser lourd.

Pour cela, les électeurs ont clairement donné au parti socialiste une large majorité.

Ils ont l’un dans l’autre approuvé un programme présidentiel marqué par un retour à la normalité démocratique, par un équilibre plus juste entre travail et capital, un dosage a priori plus équitable entre rigueur et solidarité, une stratégie tournée vers l’Europe et la décentralisation.

Marqué aussi par l’espoir aussi que le retour à la croissance serait l’entrée économique permettant plus de justice, de progrès social voire d’écologie.

Malgré leurs différences fortes, et notamment sur ce dernier point, les écologistes ont fait le choix de s’inscrire dans le processus de cette alternance et ils ont pris leur part à la victoire.

Dans le système de la cinquième République, ou les coalitions profitent souvent à l’allié le plus puissant, cet apparent détour n’était pas simple.

S’il a pu leur faire perdre un peu en lisibilité pendant la séquence précédente, il leur donnera pendant toute celle qui vient une forte crédibilité et une bien plus grande capacité d’action.

Avec onze sénateurs, dix-huit députés, deux ministres, des centaines d’élus territoriaux, les écologistes français sont désormais et pour la première fois de leur histoire, installés de plain pied et à (presque) tous les étages et des dispositifs de nos institutions.

Le temps est venu pour eux de montrer dans la pratique leur forte valeur ajoutée dans le contexte difficile des crises et d’un certain épuisement de la République

Cette valeur ajoutée réside par exemple dans le fait d’accorder une attention plus grande à l’accès aux biens collectifs (santé, logement, éducation, ressources) qu’au gaspillage généralisé et à la surconsommation de quelques uns.

A la prévention plutôt qu’à la réparation sans fin d’un système qui génère des exclusions, des épidémies et des catastrophes

A la démocratie économique et à la reconversion écologique des productions vers les filières d’avenir plutôt qu’aux monopoles et aux rentes des siècles précédents.

Aux technologies porteuses d’emplois robustes, diffuseuses de revenus et de qualité de vie plutôt qu’à celles qui les concentrent entre quelques mains et quelques territoires dits d’excellence.

A l’Europe des régions, à l’ouverture au monde plutôt qu’aux replis protectionnistes et chauvins.

Et surtout à la mobilisation des populations plutôt qu’à leur abandon et à leur mise sous assistance ou sous tutelle.

Dans les mois et les années qui viennent, non seulement les écologistes parient sur la réussite de la coalition à laquelle ils participent, mais ils en sont convaincus : Par les messages qu’ils diffuseront et où qu’ils soient placés dans la société, par les réformes qu’ils impulseront, par les innovations qu’ils développeront, ils détiennent des clefs majeures du passage de l’alternance aux alternatives.

 

 

Jacques Archimbaud
Secrétaire national adjoint

 

Repost 0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 22:11

Cécile Duflot et François Hollande à l'Elysée, le 7 juin 2012. REUTERS/John Schults.

Au moment de la signature de l’accord PS-EELV en octobre dernier, les écologistes misaient sur 25 à 30 députés dans la future Assemblée nationale en cas de victoire de François Hollande à la présidentielle.

Leur calcul était juste: s’ils ne décrochent que 17 députés dans la future Assemblée nationale (et bientôt 16 quand la socialiste Danièle Hoffman-Rispal aura remplacé Cécile Duflot à Paris), ils ont probablement perdu, du fait de dissidences, une petite dizaine de sièges qui sont quand même tombés à gauche. Soutenus par des élus socialistes locaux, des candidats PS (exclus ensuite du parti) ou divers gauche se sont déclarés et ont finalement emporté la mise.

Soutiens de Collomb et Montebourg

A l’exception de Annie Le Houérou dans les Côtes d’Armor, ces dissidents ont pour la plupart détrôné des députés de droite: c’est par exemple le cas des divers gauche Jean-Luc Bleunven (Finistère, en faveur de qui la candidate EELV-PS, qui pouvait se maintenir en triangulaire, s’était désistée), Serge Bardy (Maine-et-Loire, contre l’ancien ministre Hervé de Charette) et Guy-Michel Chauveau (Sarthe) et du PS Yves Goasdoué (Orne).

Les deux cas les plus médiatisés sont ceux de Thierry Braillard (PRG, mais avec une suppléante PS) dans le Rhône et Edith Gueugneau en Saône-et-Loire: soutenus par une personnalité locale de poids (le maire de Lyon Gérard Collomb et le ministre du Redressement productif et président du conseil général du département Arnaud Montebourg), ils ont éliminé le candidat EELV au premier tour avant de finir le travail au second contre le sortant UMP.

A signaler aussi le cas particulier de Roubaix, où le dissident ex-PS et le candidat EELV-PS se sont retrouvés face à face au second tour: à Roubaix, Dominique Baert a écrasé l’écologiste Slimane Tir avec 70% des voix. «On ne choisit pas à Lille ou à Paris le député pour Roubaix et Wattrelos», s’est félicité Baert après sa victoire contre un candidat qui l’avait jugé «disqualifié».

«Des cicatrices et des séquelles»

Reste enfin un cas où les dissidences ont provoqué l’élimination de tous les candidats de gauche, celui d’EELV-PS compris, au premier tour (la 5e de l’Eure, où le total des voix de gauche atteignait 40% et où le second tour s’est joué en triangulaire); et deux où on peut supposer que des reports de voix un peu justes ont pu coûter à la gauche la victoire.

A Amboise (Indre-et-Loire), Christophe Rossignol a échoué à déloger l’ancienne ministre Claude Greff pour moins de 300 voix, avant de déplorer l’absence de «dynamique positive» créée par une dissidence au premier tour. Et à Toulouse-Balma, l’ancien maire de la ville rose Jean-Luc Moudenc l’a emporté de 350 voix face à François Simon, qui n’avait devancé que de quelques centaines de voix au premier tour le dissident Alain Fillola. «Quand il y a des blessures, il y a des cicatrices et des séquelles. Ces 350 voix, c'est peut-être les séquelles», a noté Simon.

Une «défaite amère» dans laquelle le dissident a lui vu un rappel du «principe de réalité» pour le candidat écologiste. Un principe qui, à une poignée de circonscriptions près —sept des nouveaux députés écologistes ont dû éliminer un dissident au premier tour— a failli coûter son groupe à EELV.

J.-M.P.

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 23:02

Un point ce soir à qq jours d'un scrutin conséquent :

 

Sur les 8 candidats éliminés au premier tour, sont annoncés, directement ou pas :


- Mélanchon, Joly, Bayrou, Poutou, HArtaud, Cheminade appellent à voter Hollande ou contre Sarkozy
- Dupond Aignand et Le Pen ne donnent pas de consignes.

 

 

Si avec ça, Flamby ne nous fait pas un score de OUF, c'est à n'y rien comprendre.

 

 

 

Verts                 oui ou non

 

 

 

424030 2846699099920 1632697855 2538594 1295413460 n

 

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 22:09

Je vous invite à signer comme moi cet appel.

 

A défaut, nos enfants nous le reprocheront.

 

JS

 

 

 

 

 

 

26avrVisuel Sarko contraception

Ce matin, sur France Inter (questions des auditrices et auditeurs), Nicolas Sarkozy a déclaré que selon lui, lorsqu’une jeune femme mineure prenait la pilule, les parents devaient en être tenus informés.

Il remet en cause la loi de 2001 qui garantit l’accès libre à la contraception pour les jeunes de moins de 18 ans. C’est un recul grave en matière de droits des femmes à disposer de leur corps. Cela montre également le décalage entre Nicolas Sarkozy et la réalité de la vie des femmes aujourd’hui. Le Président-candidat vit apparemment dans la France d’avant !

Diffusez et partagez l’image ci-dessous sur les réseaux sociaux !

L’engagement de François Hollande concernant l’accès à la contraception pour les mineur-es :

 

SIGNEZ L’APPEL “Les droits des femmes passent par la gauche”

 

Retrouvez la prise de parole de Nicolas Sarkozy dans Inter’Activ sur France Inter (minute 12:22) : http://www.dailymotion.com/video/xqe76e_nicolas-sarkozy_news

 

SIGNEZ L’APPEL – Les droits des femmes passent par la gauche

25avr

150 femmes et hommes féministes publient aujourd’hui, mercredi 25 avril, un texte appelant à voter François Hollande. Cet appel, rendu public sur le site de Libération, a été initié par Caroline De Haas, Martine Storti et Françoise Picq et signé par Gisèle Halimi, Annie Ernaux, Zabou Breitman, Françoise Héritier, Philippe Torreton, Laure Adler, Simone Iff, Sylviane Agacinski, Anouk Grinberg, Pap Ndiaye, Michelle Perrot, Philippe Meirieu, Jeanne Cherhal, Fanny Cottençon, Dominique Blanc, Agnès Bihl, Caroline Fourest, Loubna Méliane, Fiametta Venner, Rachel Silvera…
Retrouvez la liste des 150 premières et premiers signataires ici

- – - – - – - – - – - -

Nous sommes féministes. Le 6 mai prochain, nous voterons pour la gauche rassemblée, nous voterons pour François Hollande.

Nous voterons pour la gauche car elle est notre famille politique. Son histoire, son moteur, son identité, c’est de placer l’intérêt général avant les intérêts privés, la raison au-dessus des croyances ou des préjugés, c’est de faire reculer les oppressions et de construire une société où les dominations de toutes sortes n’auront plus leur place. La gauche est une alliée intrinsèque de la lutte des femmes pour leur libération parce qu’elle a pour but l’émancipation de chaque individu.

Ces cinq dernières années, le lien social a été affaibli, les inégalités se sont développées. Les femmes ont payé le prix fort des mesures libérales mises en œuvre par Nicolas Sarkozy : réforme des retraites, fermetures de centres IVG, recul de la parité, augmentation de la précarité du travail, féminisation de la pauvreté… Il est temps de changer de politique, pour les femmes comme pour la société toute entière.

L’amélioration réelle de la vie des femmes passe par des mesures spécifiques mais aussi par des politiques publiques qui visent le progrès social, par une plus juste répartition des richesses, le maintien et l’amélioration des services publics. A de nombreuses reprises, la gauche a soutenu les mobilisations féministes. Elle a prouvé qu’elle pouvait mettre en œuvre des politiques progressistes et favorables à l’égalité entre les sexes et à la liberté des femmes.

L’arrivée de la gauche au pouvoir est une condition importante de l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais nous savons aussi que les mécanismes de domination, multimillénaires, d’invisibilité des femmes et de résistance à leur émancipation et à leur libération, sont puissants. Le candidat de gauche devra les combattre. Nous comptons sur lui. Nous serons là pour lui rappeler ses engagements, le soutenir quand il voudra lutter contre le patriarcat, et le bousculer si les vieux démons reprennent le dessus.

La promesse de François Hollande de rétablir le ministère des Droits des Femmes, dans un gouvernement paritaire, est un engagement majeur. Ce ministère, en travaillant avec les associations féministes, devra être un outil politique déterminant pour faire reculer les inégalités et inventer une autre société.

Nous affirmons la dimension profondément politique du féminisme. Nous attendons une remise en cause de cette organisation sexuée de la société qui crée et perpétue des inégalités intolérables entre les femmes et les hommes. Voter à gauche, c’est refuser l’assignation à des rôles pré-établis, c’est parier sur la raison et la capacité de chacune et chacun à s’extraire de sa condition pour devenir maître de sa vie. Voter à gauche, c’est parier pour un monde nouveau, dans lequel les droits des femmes passeront des textes de lois à la réalité.

Nous appelons toutes celles et ceux qui veulent que les droits des femmes retrouvent le chemin du progrès à se rassembler dans un vote de gauche, à voter François Hollande.

Je signe l’appel

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 00:50

 

 

Suite à la prestation télévisuelle de ce soir sur France 2,

j'en conclus qu'entre un libéral de droite et un libéral de gauche,

 

 

il vaut mieux virer Sarko.

 

 

 

 

 

oui ou non

Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 10:17

424030 2846699099920 1632697855 2538594 1295413460 n

Repost 0
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 18:16

Présidentielle 2012Posté par allantvert - 18 avril 2012 0 Commentaire

Ecolo et de gauche : voter Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon ?

Ecolo et de gauche : voter Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon ?

Il y a la vague Mélenchon et le creux de la vague Eva Joly : pour tous ceux qui sont tentés de voter Mélenchon, voilà quelques éléments de comparaison entre les deux projets proposés, leurs personnalités, le sens du vote et l’après 6 mai : lisez et …votez Juste !

Ecolo et de gauche : voter Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon ? dans Présidentielle 2012  Jean-Luc Mélenchon  dans Présidentielle 2012 Eva Joly

Avantage à …. ?


1. La forme

Jean-Luc Mélenchon
L’art et la manière
Un tribun incontestable
L’art de haranguer les foules, de manier l’humour, le verbe, le sens de la formule pour faire vibrer la corde de gauche, pour dire non à la finance qui mène le monde et l’Europe, pour redonner espoir dans la capacité du politique à agir et pas seulement subir
Le coup de génie de ses meetings en place publique (Bastille, Capitole…)

Eva Joly
Une petite voix fluette, un rythme et une élocution qui manque de fluidité et souvent difficile à écouter
Pas à l’aise à la tribune, une certaine retenue
Parle plus avec sa tête qu’avec ses « tripes »
Mais une détermination sans faille à tenir le cap, à encaisser sans sourciller toutes les attaques

Avantage à …. Jean-Luc Mélenchon.

 

La mobilisation derrière le/la candidat(e)

Jean-Luc Mélenchon
Après avoir accepté que son candidat ne soit pas issu du PC, celui-ci est mobilisé à fonds derrière Mélenchon et personne ne le remet en cause.

Eva Joly
Après une primaire peu tendre entre Eva Joly et N. Hulot, Eva Joly l’a emporté, mais Hulot s’est retiré et ne soutient pas Eva Joly : dommage !
Plusieurs ténors d’EELV ont douté d’Eva Joly, certains appelant à son retrait…

 

Avantage à …. Jean-Luc Mélenchon.

Mais sur le terrain : la mobilisation des militants EELV reste forte

 

 

2. Le projet

Emploi, pouvoir d’achat ou pouvoir de vivre ?

Jean-Luc Mélenchon

« L’humain d’abord » :
augmenter le pouvoir d’achat (SMIC à 1700€ bruts)
salaire maximum autorisé dans les entreprises
titularisation des 800 000 précaires de la fonction publique
retraite à 60 ans
relocalisation de l’économie
rétablir les 35 heures pour tous
droit de reprise des entreprises par les salariés

Eva Joly
« L’écologie , la solution pour résoudre les crises environnementales, sociale, et économique » :
Création d’1 million d’emplois d’ici 2020 dans reconversion industrielle, énergies renouvelables, transports, agriculture, bâtiment, solidarité …
Suppression des dispositifs incitant au travail précaire
Relocalisation de l’économie
Lutte contre les fermetures d’entreprises rentables, priorité à la reprise par les salariés
- Retraite à 60 ans, réduction du tps de travail
- Augmentation des minima sociaux

 

Avantage à …. Eva Joly

Plus de lien, moins de biens ! Stop au PIB pour mesurer le bien-être d’une société, stop au diktat de la croissance, du productivisme et du consumérisme et vive la sobriété heureuse !

 

Et le nucléaire ?

Jean-Luc Mélenchon
Organisation d’un référendum
Sorties des énergies carbonées

Eva Joly
Sortie du nucléaire en 20 ans grâce aux 3 piliers : sobriété, efficacité et énergie renouvelable (économies d’énergie par isolation des bâtiments, solaire, éolien, bois..)
Ni fossiles, ni nucléaire, ni effet de serre : réduire notre dépendance au pétrole, au gaz et à l’uranium, c’est aussi réduire les conflits géostratégiques d’approvisionnement en ressources et de pillages des ressources (Afrique…): la transition énergétique est possible et nécessaire ; c’est une stratégie universelle pour les pays riches, émergents ou en développement) ; c’est la paix et la démocratie !
Eva Joly

Avantage à …. Eva Joly
un combat de toujours des écologistes et un argumentaire solide et réaliste ;
une vision de long terme nécessaire d’autant plus après Fukushima

 

 

L’environnement

Jean-Luc Mélenchon
Planification écologique contre le changement climatique
Nouveaux chantiers industriels (transports en commun, logements sociaux, énergies renouvelables…)

Eva Joly
Pour sortir de la crise environnementale et sanitaire (maladies dues à la dégradation de l’environnement : asthme, maladies cardio-vasculaires, cancers…), mais aussi de la crise économique, EELV propose:
Réduction de notre empreinte écologique par emplois utiles (cf § Emploi)
lutte contre les pollutions et nuisances (pollution de l’air en ville…)
Réduction de 50% des pesticides
Préservation de la biodiversité, des espaces naturels et agricoles
Gestion écologique de la forêt

Avantage à …. Eva Joly Eva Joly
La conversion à l’écologie de Mélenchon est récente, sans doute sincère, mais l’idée de la planification est une vision centralisatrice et dirigiste : la vision décentralisée des écologistes est plus efficace, permet les initiatives locales et citoyennes, tout en maintenant un Etat interventionniste et régulateur.

 

 

L’agriculture

Jean-Luc Mélenchon
Une agriculture paysanne et saine

Eva Joly
Une agriculture paysanne et saine, qui respecte la santé alimentaire et la santé des agriculteurs ;stop à la malbouffe !

Non aux OGM et aux brevets du vivant

D’ici 5 ans, 20% de la surface agricole en bio et 100% des cantines en crèches et maternelles en bio

Avantage à …. Eva Joly Eva Joly
EELV défend depuis toujours une agriculture paysanne, respectueuse de la terre, des territoires et des paysans, moins productiviste et une autre politique agricole commune (PAC).
Et José Bové est député EELV, pas Front de gauche….

 

 

Le logement

Jean-Luc Mélenchon
Blocage et baisse des loyers
Réquisition des logements vides
Construction de logements sociaux

Eva Joly
Moratoire de 3 ans sur les loyers puis encadrement
Construction de 500 000 logements par an dont 160 000 logts sociaux et hébergement
Rénovation thermique d’un million de logements pour réduire les charges
Développement des coopératives d’habitants

Avantage à …. Eva Joly
projet plus global qui lie social, environnement économie et citoyenneté

 

 

Les services publics

Jean-Luc Mélenchon
Rétablissement des postes supprimés par Sarkozy (santé, éducation, police…)
- Re-nationalisation d’EDF, GDF, Total, Areva
Gratuité des premières tranches d’eau, gaz, électricité

Ecole obligatoire de 3 à 18 ans
Remboursement pas la Sécu de 100% des frais médicaux

Eva Joly
- Recrutement de 20 000 enseignants et cadres éducatifs

Tarification progressive de l’électricité, de l’eau, et du gaz, décourageant le gaspillage
- Scolarisation des enfants de 6 à 16 ans sans sélection
priorité à la prévention en santé publique et plus de moyens pour la recherche publique en santé environnementale

 

Avantage à …. Eva Joly


EDF nationalisé n’a pas permis d’éviter le lobby nucléaire, ni développé les énergies renouvelables. Faut-il dépenser des milliards s à renationaliser ou les dépenser directement à développer les énergies renouvelables et les services publics ?

 

L’Europe

Jean-Luc Mélenchon
Une Europe au service des peuples
Rejet du traité Merkel-Sarkozy
Fin de l’indépendance de la banque centrale européenne

Eva Joly
Une Europe fédérale, solidaire et écologique
Référendum sur nouveau traité européen pour remplacer le traité d’austérité Sarkozy et mettre la solidarité et l’écologie au cœur du projet européen.
Taxation sur les transactions financières au niveau UE, mutualisation partielle des dettes publiques des Etats.

Avantage à …. Eva Joly :
EELV est depuis toujours pro-européen, est constitué en parti vert européen, défend une conception de l’Europe politique anti-libérale, sociale et écologique .

 

 

La vision internationale

Jean-Luc Mélenchon
Des sympathies pour Castro à Cuba et Chavez au Vénézuela (Cuba « n’est pas une dictature, pour moi clairement non » Libération 07/02/2011)
Une certaine admiration pour le régime chinois : ne condamne pas l’occupation chinoise au Tibet, au contraire « Le dalai-lama est le roi des moines »), prescrit « une coopération avancée » avec la Chine « au nom d’une culture commune (…) qui accorde une place centrale à l’Etat » (cf « Mélenchon, ce grand timonier de l’écologie » Dany Cohn Bendit, Le Nouvel Observateur 12/04/12)

 

Eva Joly
Une vision de la solidarité internationale : égalité nord-sud ; dette écologique des pays du nord vis à vis des pays du sud ; partage des ressources naturelles ; fin de la Françafrique…
Stop aux déchets des pays du nord en Afrique ou en Inde…
Défense des droits de l’homme dans tous les pays : droits du travail, à l’éducation, à la santé, à un environnement sain. Pour un tribunal international de l’environnement

 

Avantage à …. Eva Joly :


On vit tous sur la même planète : à nous de décider d’en partager ses ressources, ses richesses et d’agir pour les droits de l’homme et l’environnement partout sur la terre

 

 

La lutte contre la corruption

Le pouvoir de la finance

Jean-Luc Mélenchon
Lutte contre la corruption et les lobbies
Salaire maximum autorisé
- Interdiction des licenciements boursiers

Eva Joly
Lutte contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale (30 milliards de manque à gagner en France chaque année)
Renforcement des pôles judiciaires et policiers pour lutter contre délinquance financière et environnementale
Fin de l’immunité du chef de l’Etat
Vraie indépendance de la justice (bafouée par Sarkozy)

Avantage à …. Eva Joly :
qui a fait ses preuves dans ce domaine tout au long de sa carrière de juge traquant la délinquance financière à l’échelle internationale

 

 

3. La personnalité

L’histoire personnelle du/de la candidate et leur engagement de député(e) européen(ne)

Jean-Luc Mélenchon
Professionnel de la politique depuis 25 ans :(cumul de 56 ans de mandats !) plus jeune sénateur en 1986.
Il condamne le système politique, alors qu’il en est lui-même un pur produit.

Eva Joly
Député européen depuis 2009, sur le site du Parlement, pas de travaux particuliers à son actif (cf www.europarl.europa.eu)

Avantage à …. Eva Joly :
Malgré ces 67 ans, Eva Joly est jeune en politique : depuis 2009 seulement ! Elle ne s’est pas « faite » sur la politique ; elle a mené sa carrière de juge puis est venue à la politique : elle incarne un vrai renouvellement du personnel politique, tant réclamé par Mélenchon !
Députée européenne depuis 2009, elle préside la commission pour le développement et fait un travail considérable sur la coopération nord-sud, pour la justice fiscale (cf site du Parlement :www.europarl.europa.eu/)…

 

 

4. La gauche et les écologistes

Et après le 6 mai ?

Jean-Luc Mélenchon
Il ne veut pas gouverner avec Hollande : ne veut pas se confronter à la dure réalité de la gestion ? Il pre rester sur les « aka-Faukon » sans jamais s’y frotter ?

Eva Joly
EELV a signé un accord de mandature et un accord électoral pour les législatives.
EELV croit en la réforme radicale et accepte

Avantage à …. Eva Joly :
pour faire rentrer les idées EELV dans les politiques à mener par le futur gouvernement Hollande

 

 

Le rapport de force avec le PS national

Jean-Luc Mélenchon
Au vu des sondages, il est sûr de faire entre 12 et 15%

Eva Joly
Au vu des sondages, elle fera probablement moins de 5%
Pour rééquilibrer les forces,mieux vaut qu’Eva Joly fasse 5% plutôt que 2%

 

Le rapport de force au plan local

Pour renforcer les élus et groupes EELV face au PS local, mieux vaut un bon score d’Eva Joly dans chaque ville…

 

Voter Eva Joly, ça réveille la démocratie, ça protège la planète, ça change vraiment !

Repost 0